Loading

Elles et ils

Ici se trouve quelques partages, récits d’expériences de mères et de pères à propos de leurs vécus HypnoNaissance®, ainsi que de professionelles de naissances qui les ont accompagnés.

Elles : les mères

Je craignais de ne pas trouver un médecin qui comprenait notre désir de donner naissance naturellement, mais le Dr Adams a été merveilleux. Il n’avait jamais entendu parler d’HypnoNaissance® , mais il a demandé à emprunter notre livre pour le montrer à sa femme qui se préparait à devenir doula. Il était d’accord avec notre plan de naissance.

La date de naissance prévue était le 6 mai. Le 11 mai, j’ai eu une hausse de pression artérielle et le médecin a suggéré un déclenchement. Mon col était déjà ouvert à 4 cm et, selon lui, le travail débuterait bientôt.

Le matin suivant, nous sommes arrivés à l’hôpital à 7h. Le médecin a dit qu’il romprait les membranes plutôt que de me donner quelque chose plus fort.

Nous avons passé la journée à marcher lorsque je n’étais pas branchée au moniteur. Mon mari a dit que j’avais l’air droguée tellement j’étais détendue. Lorsqu’une vague arrivait, j’arrêtais simplement de marcher et je fermais les yeux. Je visualisais des vagues qui déferlaient sur la plage.

À 18h, j’étais à 6 cm, mais on ne m’a pas dit où j’en étais. Je ne voulais pas le savoir.

À 19h, j’ai senti qu’il fallait qu’on m’examine, mais j’ai demandé à infirmière de ne pas me dire où j’en étais dans le travail pour ne pas risquer d’être déçue ou de nuire à mon état d’esprit. Elle a vérifier et m’a dit « je dois quand même vous dire que je vais appeler le médecin et lui demander de venir rapidement. » Le bébé était déjà engagé. Lorsque sa tête apparue, j’ai poussé 2 à 3 fois et, à 20h36, notre bébé est né, un garçon de 3,6 kg.

Pendant tout le travail et la naissance, je n’ai eu mal que l’espace d’une seconde. J’avais peur de déchirer. J’ai eu une petite déchirure qui à guéri en quelques jours.

Je n’ai pas eu à pratiquer la distorsion du temps parce que toute la journée est passé très vite. Je n’arrivais pas à me faire à l’idée que 12h s’étaient écoulées. Le médecin et les infirmières étaient vraiment surpris.

Notre bébé est un bébé facile, il dort bien et il tète bien, ce que j’attribue à sa naissance qui s’est déroules en douceur et sans médicament.

Merci à notre médecin et à notre praticienne HypnoNaissance® pour ce miracle que nous chérirons à jamais." - Theresa

(extrait du livre "HypnoNaissance®, la méthode Mongan")

J’en étais à ma quarantième semaine de grossesse et j’avais planifié une naissance à la maison, mais le résultat d’un test de dernière minute m’a indiqué que ce ne serait pas possible. Je devais rapidement changer mes plans d’accoucher avec une sage-femme et chercher un médecin. Je savais que ce ne serait pas tâche facile si tard dans la grossesse.

J’ai appelé notre médecin de famille , le Dr Barret, et j’ai pris rendez-vous avec lui pour le vendredi matin. Je lui étais des plus reconnaissantes d’accepter de me prendre comme patiente à quarante semaines. Je savais que c’était un excellent médecin et un homme de cœur.

Le vendredi après-midi, j’ai commencé à ressentir des vagues. Ce n’était pas nouveau pour moi puisque j’en avais à l’occasion depuis plusieurs semaines, mais celles-ci survenaient toutes les 2 ou 3 minutes et elles semblaient différentes. Nous avons fait la valise, nous sommes montés dans la voiture et nous nous sommes dirigés vers l’hôpital.

Nous sommes arrivés un peu après 15h30 et j’ai été admise. À ma grande joie , les vagues ont continué à augmenter en durée et en intensité. Notre accompagnante de naissance, Missy, est arrivée peu de temps après. L’infirmière était étonnée de me voir marcher, sourire et parler pendant les vagues et la perspective que je puisse donner naissance sans péridurale la rendait nerveuse.

Elle disait que tant que le col (de l’utérus) ne changeait pas, ce n’était pas un vrai travail. Je suis certaine qu’elle ne croyait pas que j’étais véritablement en travail : j’étais trop calme, trop détendue. Elle a appelé le médecin lorsque j’ai refusé de répondre aux questions sur le niveau de douleur et l’a informé que mon accompagnante me disait que je pouvais refuser des choses. Le Dr Barret a soutenu ma position.

Lorsque les membranes se sont relâchées vers 18h40, j’ai commencé à sentir une pression. Missy a compris que c’était un signe que le travail serait très court. À contrecœur, l’infirmière a rejoint le médecin. Lorsqu’il est arrivé, je me suis détendue et j’ai laissé descendre le bébé. Notre bébé est né après deux autres vagues. Je l’ai pris dans mes bras en pleurant de joie et de soulagement de le voir là, en vie et en bonne santé.

Le Dr Barret est resté encore deux heures avec nous, comme Missy. Il m’a enveloppé dans des couvertures chaudes, s’est assuré que j’avais à manger… et a fait tout ce qu’on attend d’un bon ami. Il a répondu à toutes mes demandes. J’ai donné naissance sans médication, j’ai mangé pendant le travail et je n’ai pas eu d’anesthésie.

Cette naissance n’était pas celle que j’avais envisagée et souhaitée, mais c’était la naissance dont notre bébé avait besoin et elle a été merveilleuse" - Melanie

(extrait du livre HypnoNaissance®, la méthode Mongan)

Ils : les pères

"La naissance s’est accompagné de sérénité, convaincu que ce que nous faisions était bon pour nous, le bébé. La formation HypnoNaissance m’a conforté dans mon rôle de père. Conscient de ce rôle protecteur, aidant à sécuriser la mère et l’enfant dans cette étape initiatique où la femme devient femme, le bébé naît, l’homme devient homme. On ne peut pas savoir ce qui va se produire, mais on peut connaître son rôle et s’y tenir quoi qu’il advienne.

Cette confiance en l’acte de naissance est transmise au travers des cours d’HypnoNaissance et m’a permis de rester à tout moment, à l’écoute de la mère, à rester présent et stable dans mes émotions. Le partage a pu être idéal. L’après naissance est tout aussi important, le travail doit se poursuivre, en toute continuité, permettre à la mère d’exprimer et faire ce qu’elle ressent comme juste pour le bébé. Au plus tôt la formation sera envisagée, au mieux la naissance et période pré/post natale peuvent être vécues dans le bonheur, la confiance, la sérénité.
Merci"
- Florent

Les membranes de Conny se sont relâchées ver 5h30, mais il ne se passait rien d’autre. Elle m’a dit d’aller travailler. À 9h, elle m’a averti que les vagues avaient commencé, mais qu’elles n’étaient pas régulières. J’ai décidé de revenir à la maison, juste au cas où. Ensemble, nous avons préparé la valise pour l’hôpital.

Arrivés là, les vagues ont cessé et, pendant les heures qui ont suivi, Conny n’en a pas eu une seule. Cela l’inquiétait un peu puisque cela faisait bientôt 12 heures que ses membranes s’étaient relâchées. Si le travail ne reprenait pas sous peu, on l’induirait sans doute à l’hôpital, ce que nous ne voulions pas.

Après le repas, elle s’est détendue sur le sofa. Nous avons mis de la musique douce et avons commencé à revoir les scénarios de relaxation pour lui permettre de se détendre. En l’espace de 10 minutes, elle a commencé à ressentir de fortes vagues toutes les 5 minutes. Une heure plus tard, les vagues étaient espacées de 3 à 4 minutes. Lorsque nous sommes arrivées à l’hôpital , elles revenaient toutes les 2 minutes.

Lorsqu’on a examiné Conny, son col était déjà ouvert à 7 ou 8 cm. Pendant tout ce temps, elle a maintenu la respiration de la vague, souriante et parfaitement à l’aise entre les vagues. C’était incroyable. C’était comme nous l’avions vu dans les vidéos, mais maintenant c’était vrai.

Nous sommes entrés dans la salle d’accouchement à 18h. L’infirmière a installé le moniteur fœtal et nous a laissés seules jusqu’à ce que Conny ressente le besoin de « souffler » son bébé vers le bas. À 19h35, le petit Colin Emanuel Varga faisait son entrée dans le monde (après seulement 3h30 de travail), sans péridurale, sans épisiotomie, sans un cri et sans avoir été tiré ni poussé. Il pesait 3,2 kg et mesurait 51 cm.

Notre médecin a été absolument fantastique. Elle a été patiente, compréhensive et encourageante, et elle a même utilisé le vocabulaire HypnoNaissance®. Le personnel infirmier aussi nous a offert son soutien. Elles étaient tellement surprises et impressionnées par ce type de naissance complètement naturelle que la chambre était pleine d’infirmières (en moyenne entre 6 et 8, qui venaient que pour observer). Tout s’est passé extrêmement bien, très rapidement et sans douleur.

HypnoNaissance® fonctionne vraiment. Nous avons vécu une merveilleuse expérience et Conny était éveillé, heureuse et comblée. Mes meilleurs vœux à vous tous et joyeuse HypnoNaissance® !" - Mark

(extrait du livre HypnoNaissance®, la méthode Mongan)

Les accompagnants

Le premier couple que j’ai eu l’honneur d’accompagné, a commencé leurs cours à la 34ème semaine de grossesse. Nous avons organisé un planning adapté pour que les 5 séances soient réparties sur 2 semaines au lieu de 5, étant donné l’approche du terme.

Au début, il y avait des peurs respectives pour la mère et pour le père liées à la naissance, programmée à la maison, même que si espérée. Petit à petit la confiance a pris sa place, tout d’abord avec leurs acquis sur la physiologie de la naissance, qui les a fortement rassurés en comprenant ce processus si naturel. Et par la suite, avec le travail sur la libération des peurs et sur la reprise de leur pouvoir et confiance, à l’aide de l’hypnose.

Ce fut, pour moi, merveilleux de voir, au long des 5 séances, les changements et les bienfaits qu’apporte HypnoNaissance® dans la vie de ce couple et de cette famille.

Un mois plus tard, au beau milieu de la nuit, vers 2h du matin, la mère se lève avec des vagues qui étaient présentes depuis quelques jours, suivant son intuition que ce serait pour bientôt, sans en être certaine. Vers 4h du matin, son compagnon la rejoint et ils préparent ensemble le confort du lieu de naissance ainsi que le remplissage de la piscine. Jusqu’à 7h30, la mère n’a eu presque aucune sensation d’inconfort. Quand l’intensité des vagues augmente, ils font alors appel aux deux sages-femmes. Cependant tous les trois (couple et bébé) continuent seuls dans leur intimité. La vocalisation a permis à la mère de s’exprimer en accompagnant chaque vague. Au couronnement du bébé, les sages-femmes reviennent pour assister à la phase finale de la naissance. À 9h27 du matin, le bébé est né dans l’eau. La mère ressentit une immense fierté, complétude et gratitude d’avoir vécu le processus jusqu’au bout, comme un rituel de passage initiatique à la parentalité.

Depuis, nous avons eu plusieurs occasions de nous revoir, de connaître le bébé. Il est si doux, si tranquille et si souriant. Un pur bonheur !

Merci A. & F. pour votre confiance en Benoît et moi, mais surtout en vous-même !

Et merci à HypnoNaissance® d’aider les familles à vivre des naissances si positives, joyeuses et transformatrices"  - Sandra, praticienne en HypnoNaissance®

Une de mes mères a eu son premier bébé à la maison dimanche dernier. Elle avait terminé ses cours deux semaines auparavant…

Son travail a débuté spontanément et elle a appelé sa sage-femme afin qu’elle lui rende visite parce qu’elle avait de « drôles de sensations » ! La sage-femme est restée une heure et a conclu qu’il était impossible que la mère soit en travail actif. Elle ne pouvait pas discerner quand elle avait des vagues. Elle devait lui demander de presser la main de son mari pour les lui indiquer, afin qu’elle puisse écouter le cœur du bébé pendant celles-ci.

Le bébé et la mère étaient si calmes que la sage-femme a prévenu le couple qu’elle partirait quelques heures et a demandé qu’on l’appelle s’il y avait du progrès. La mère lui a alors demandé : « Avant de partir, peux-tu me dire s’il est normal que j’ai envie de pousser à ce stade-ci ? » La sage-femme l’a donc examiné et a dû se rendre à l’évidence : la mère était complètement ouverte et la tête du bébé était visible !!! Une vingtaine de minutes plus tard, la mère mettait au monde un beau garçon.

Quand tout fut terminé, au moment de partir, la sage-femme a dit à la mère fière, heureuse et en pleine forme : « Eh bien, je n’avais jamais rien vu de tel. Tu es faite pour avoir des bébés ! » A quoi la mère a répondu : « Oui, je suis une femme ! »" - Vanessa, praticienne HypnoNaissance®

(extrait du livre HypnoNaissance®, la méthode Mongan)

Shopping Basket